LE SOLSTICE APPROCHE, PARLONS SOLEIL

12 heures, 120 minutes, 1380 secondes.
La temporalité s’exprime même au delà de la Terre puisque ce compte à rebours nous indique le moment exact où le Soleil commence à rayonner au plus bas lorsque nous observons le ciel dans l’hémisphère nord de notre globe.
Le solstice.
Originellement relatif à la position apparente du Soleil par rapport à l’inclinaison de l’axe de rotation de la Terre, il désigne plus communément l’arrivée de la saison hivernale. Le solstice se produit également en Juin programmant ainsi la venue de l’été.

Pour l’observateur terrestre, le centre du Soleil décrit annuellement un grand cercle sur la sphère céleste.

 

Concrètement…

Concrètement, c’est le mouvement de la Terre qui annonce la durée des journées minimales en hiver et maximales en été.

L’axe de rotation de la Terre est incliné par rapport à la verticale du plan de son orbite d’environ 23°. Cette inclinaison reste constante au cours de la révolution de la Terre autour du Soleil. Pendant une moitié de l’année, l’hémisphère nord se trouve plus exposé vers le Soleil avec un maximum à la mi-juin. Pendant l’autre moitié, la position de la Terre présente une inclinaison offrant, cette fois-ci, à l’hémisphère sud cette exposition maximale vers le 21 décembre.

Malgré que nous recevons moins longtemps les rayons du Soleil lors du solstice d’hiver, sa position par rapport à la Terre est proche du fait de la rotation elliptique de cette dernière. Ainsi le Soleil nous transmet son énergie et ses caractéristiques astrologiques avec autant d’influence en hiver qu’en été.

 

Un symbole fort de sens

En astrologie, le Soleil est représenté par un point jaune au milieu d’un cercle de même couleur, en référence à la lumière qu’il diffuse. Ce point symbolise le Soleil au centre de son Univers, le cercle délimitant toujours un espace.

Le point a également pour valeur de donner la vie à ce qui forme son espace. Ce qui étend la représentation de ce symbole sur plusieurs domaines tels que le corps humain animé par le coeur sur le plan physique, par la conscience sur le plan spirituel, ou la personnalité au milieu de son espace de rayonnement. Et tout rayonnement requiert de la lumière, en particulier celle du Soleil.

 

Soleil, de quoi es-tu fait ?

De colossales quantités d’hydrogène, présentes dans le noyau de cette énorme boule de gaz qu’est notre étoile, sont soumises à de fortes températures et pressions transformant l’hydrogène en hélium et libérant ainsi une formidable énergie. Elle traverse les différentes couches de gaz du Soleil, puis la couronne solaire – ou atmosphère – chargée d’énergie électrique, avant de s’échapper sous forme de lumière qui nous éclaire et nous réchauffe.

Des tempêtes solaires, qui se perdent dans la couronne, projettent un intense flux d’énergie magnétique dessinant dans notre ciel les somptueuses aurores boréales.

 

Ô Soleil, conte-nous tes bienfaits

Il préside dans le ciel par son volume, sa brillance, la régularité de son rythme. Il commande toute la suite planétaire ainsi que la végétation de notre planète. Il est celui qui donne la vie, procure la chaleur et la lumière, féconde les graines au printemps, commande la sève et fait mûrir les fruits.

Le principe solaire est présent également en nous.

Nous savons que le Soleil apporte la vitamine D essentielle à notre organisme, notamment synthétisée par celui-ci pour nous aider à fixer le calcium et le phosphore. Le rayonnement ultraviolet, se différenciant par sa longueur d’ondes et sa capacité à traverser certains milieux, est le plus puissant synchroniseur de notre rythme biologique – veille/sommeil, hormones, température, mémoire… – grâce à la lumière qu’il génère.

Cette lumière et ces puissantes énergies solaires que nous recevons au quotidien ont une action sur notre organisme. Il en est de même sur notre psychisme. Telle ses éruptions, L’énergie insufflée par le Soleil est porteuse d’actions vers l’idéal personnel.

Même lorsqu’il est voilé en journée, le Soleil diffuse en nous l’aptitude à rayonner, à être une lumière pour soi et pour les autres. En lui, bouillonne une effervescence gazeuse jaillissant hors de sa surface que l’on relie à la manifestation extérieure de soi, l’affirmation de notre identité, de nos qualités mais aussi de nos doutes et interrogations que nous ne pouvons garder en nous.

Aujourd’hui, nous limitons trop souvent cet astre au beau ou mauvais temps. Pourtant, durant les millénaires précédents, il en fut bien autrement car reconnu pour sa valeur de maître de la Vie. Sans lui, nous n’existerions pas. Sans lui nous n’aurions ni flore ni faune pour vivre. Sans sa lumière, nous ne pourrions voir. Et voir, c’est aussi chercher à comprendre son environnement, de ce fait développer notre intelligence ainsi que nos autres sens et facultés.

 

N’est-il pas vrai que lorsque nous cherchons l’affinement de nos projets, des réponses à nos questionnements, une évaluation sur un choix, le cheminement s’en trouve facilité lorsqu’il est guidé par la lumière d’autrui ou de soi-même ?
“Eclairez-moi”, “je cherche à y voir plus clair” expriment finalement la relation étroite entre notre conscience et l’une des premières caractéristiques du Soleil…

 

Ecrit par Anne-Gaëlle Berthier – Astropsychologue
(Le vendredi 21 décembre 2018 à 09h00 – heure du solstice prévue par les astronomes à 23h23)